Surveiller la prise de médicaments chez les personnes âgées

Surveiller la prise de médicaments

En France, plus de 90% des personnes âgées de plus 80 ans consomment en moyenne dix comprimés de médicaments par jour. Les ordonnances sont donc très souvent trop longues et augmenteraient les risques d’accident liés à une trop forte consommation de médicaments chez les séniors et les personnes âgées dépendantes.

De nombreux gériatres dénoncent les risques d’accidents médicamenteux et d’effets indésirables que l’on pourrait facilement éviter. Une étude et des statistiques ont démontré que les personnes âgées de plus de 80 ans prennent en moyenne 5 médicaments différents par jour, et 10 comprimés ou gélules, ce qui signifierait un doublement de la consommation par rapport aux années 90. Il est avéré qu’au-delà de trois ou quatre molécules prises ensemble, on ne sait plus trop leur métabolisme, c’est-à-dire leur façon de réagir. Et, surtout, à partir de cinq médicaments, le risque d’accident médicamenteux augmente considérablement. Actuellement, ce phénomène concernerait 80% des patients de plus de 80 ans. Il est vrai que le nombre de médicaments prescrits chez les personnes très âgées notamment chez les personnes âgées dépendantes a largement augmenté au cours des dix dernières années. Ce phénomène est dû au fait qu’on vit aussi plus vieux. Il y a notamment davantage de rescapés d’accidents cardio-vasculaires. Après un infarctus, on quitte facilement l’hôpital avec une ordonnance de 5 médicaments. Certains gériatres estiment toutefois que de grosses améliorations pourraient être faites. Face à des personnes très âgées et dépendantes, affaiblies et souvent séniles avec une faible espérance de vie il est indispensable de ne conserver que les médicaments vraiment indispensables. Pour les séniors de plus de 60 ans ont une forte consommation d’antihypertenseurs ou d’antidépresseurs. De plus, les séniors tendent à multiplier les consultations de spécialistes, ce qui ne facilite pas la tâche du médecin généraliste, censé faire le tri des différents médicaments. Celui-ci doit être à même de stratifier les risques et être capable de dire à un patient qu’on lui supprime, temporairement ou définitivement, un traitement car il est pris de manière préventive et non pas pour soigner une pathologie installée. C’est le cas des antihypertenseurs, par exemple: l’hypertension est un facteur de risque, pas une maladie. On peut suspendre le traitement 15 jours. Mais les Français sont réputés être de gros consommateurs de médicaments et ont pour ainsi dire leurs habitudes et les médecins ont souvent du mal à leur faire accepter une version épurée de leur ancienne ordonnance.

—————————–

Les médicaments seuls ne peuvent pas garantir une bonne santé pour les personnes âgées, il faut également manger équilibré.