Séniors : Méfiez-vous des médicaments incompatibles

Séniors des médicaments

On constate que la consommation de médicaments devient quasi inévitable et régulière à partir de soixante ans. La conséquence de ce phénomène est que les séniors de 65 ans consomment actuellement en moyenne 3.6 médicaments au quotidien et que ce chiffre passe à 4.6 pour les personnes âgées de 85 ans.

La poly médicamentation est source d’iatrogénie c’est-à-dire l’interaction de plusieurs substances médicamenteuses associées voire leur incompatibilité ou encore une erreur de prise. Chez les séniors de plus de 65 ans, l’iatrogénie est responsable de 10 à 20 % des hospitalisations. Pour sensibiliser les professionnels de la santé et le public à ce risque, les laboratoires de fabrication de médicaments ont lancé une grande campagne de d’information sur le sujet. La situation est vraiment alarmante: selon une étude réalisée par l’Assurance-maladie, la moitié des plus de 75 ans ont des prescriptions inadaptées. Le problème concerne surtout les benzodiazépines. Un tiers des personnes âgées de plus de 65 ans et près de 40 % des plus de 85 ans en consomment de façon régulière, en tant que somnifères. Plus de la moitié de ces traitements ne seraient pas appropriés: les vraies insomnies sont rares chez la personne âgée. De plus, les benzodiazépines sont connues pour entraîner des chutes et accélérer l’apparition de démence. Ces médicaments sont emblématiques, mais ne sont pas les seuls à se révéler dangereux. Beaucoup sont à manier avec précaution en raison de la diminution de la fonction rénale lors du vieillissement. Les reins en éliminent en deux sur trois mais avec l’âge, l’élimination est moins performante et les médicaments vont s’accumuler dans les tissus et le sang. C’est ainsi qu’un médicament prescrit pour une maladie chronique à un cinquantenaire deviendra toxique quelques années plus tard. Il faut également être vigilant lors d’un épisode grippal qui va entraîner une déshydratation. La fonction rénale va alors s’altérer brutalement et le médicament, jusque-là bien toléré, deviendra toxique pour le sénior ou la personne âgée. Autre facteur de risque avec l’accumulation de maladies qui apparaissent au fil des années comme diabète, hypertension, arthrose, bronchite chronique… La consultation de plusieurs médecins spécialistes va allonger dangereusement la liste des médicaments et multiplier le risque d’interactions entre les différentes molécules. Raison pour laquelle, les personnes âgées doivent absolument éviter de s’auto médicamenter sans l’avis de leur médecin ou de leur pharmacien. Le bénéfice-risque de chaque médicament prescrit doit être évalué individuellement.