Quelles sont les raisons d’utiliser une sonde alimentaire ?

La sonde alimentaire est un instrument utilisé pour nourrir et hydrater les personnes qui ne mangent pas ou ne boivent pas de liquides. Ils sont généralement utilisés sur des personnes qui ne peuvent plus manger, pour plusieurs raisons. C’est-à-dire les personnes ayant des difficultés à avaler ou même celles qui ne mangent pas par manque d’appétit. Et nous ne pouvons pas oublier ceux qui ont décidé d’arrêter de manger. Ainsi, les 2 types de sonde alimentaire les plus utilisés sont la sonde naso-gastrique, qui se place par le nez et la sonde gastro-entérale, placée directement dans l’estomac par une coupure.

Pourquoi utiliser une sonde alimentaire ?

Mais avant de soumettre notre parent âgé à une procédure de placement de sonde alimentaire, nous devons comprendre ses conditions de vie. Dans le cas des personnes souffrant d’une déficience cognitive ou physique qui les empêche de se nourrir, la première option est de les nourrir manuellement. En d’autres termes, quelqu’un devrait nourrir dans la bouche ces personnes. Et cette habitude de se nourrir par la bouche doit être étendue autant que possible. Cependant, il y a des cas de personnes âgées qui refusent tout simplement de manger. Les raisons peuvent être multiples, y compris la préparation à la mort elle-même. C’est pourquoi, à ce stade, on suggère une évaluation médicale et psychologique du patient.

Procéder à l’évaluation

Après une bonne évaluation, nous devrions nous en tenir aux faits concernant la nutrition intégrale. La première information importante à cet égard est la suivante : rien ne prouve que l’alimentation par sonde de gastrotomie, celle dans laquelle la sonde est directement reliée à l’estomac prolonge la vie des personnes atteintes de démence. Mais, on sait que ce type de sonde a généralement plus de succès dans la récupération du poids et la santé physique des patients avec ou sans démence. En outre, nous devons toujours respecter la volonté du patient. Que cette volonté soit exprimée par une volonté vitale ou verbalement par une personne lucide. Afin de décider techniquement s’il faut ou non utiliser la sonde alimentaire et quel type de sonde utiliser, nous suggérons de procéder à une large évaluation gériatrique. Vous pouvez commencer par le pronostic de la maladie et les possibilités de guérison. Il est également important d’évaluer l’état nutritionnel actuel. Il est notamment important de comprendre la possibilité d’autres maladies qui peuvent influencer la décision de ne pas manger ou le manque d’appétit. L’apparition de la dépression est l’une de ces possibilités. Parfois, le traitement de la dépression peut inverser un manque d’appétit ou un refus de manger. Enfin, il est nécessaire d’évaluer les soins nécessaires et le niveau d’assistance qui peut être mis à la disposition de la personne qui devrait recevoir une alimentation par sonde. Si vous avez des membres de votre famille ou des proches qui ont du mal à manger, trouvez un médecin.

Alimentation par sonde

L’alimentation par sonde est une façon d’administrer la préparation nutritionnelle directement dans votre estomac ou votre intestin grêle. Certaines personnes alimentées par sonde continuent de manger de la nourriture et de boire des liquides. Vous pourriez aussi recevoir des médicaments par la sonde d’alimentation. On préfère l’alimentation par sonde à la nutrition parentérale puisqu’on a recours au tube digestif et qu’elle risque moins de causer des infections. Vous pouvez être alimenté par sonde seulement si votre tube digestif fonctionne bien. On se sert de différents types de sondes et de préparations. Selon vos besoins nutritionnels, votre médecin ou votre diététiste choisit les produits qui vous conviennent le mieux. Des analyses sanguines peuvent aider à déterminer si vous recevez suffisamment d’éléments nutritifs. Il existe différents horaires d’alimentation par sonde :

– l’alimentation intermittente, ou par bolus, se fait sur de courtes périodes, plusieurs fois par jour, souvent aux heures normales de repas.

– L’administration continue se fait à un rythme régulier pendant le nombre d’heures nécessaire.

– L’alimentation cyclique est une alternative à l’alimentation continue. On l’administre à un rythme plus rapide pendant une plus courte période. On le fait chaque jour à la même heure et pendant la même durée. L’alimentation cyclique peut aussi être appelée alimentation nocturne lorsqu’elle se déroule la nuit pendant 8 à 12 heures la nuit, par exemple, alors que la personne se repose ou dort. L’alimentation cyclique permet de se réhabituer à manger et à boire. On peut y avoir recours pour vous apporter les éléments nutritifs qu’il vous manque si vous ne pouvez pas manger suffisamment. C’est pratique si vous ne pouvez pas être alimenté par sonde pendant la journée en raison de votre horaire de traitement par exemple.

Types de sondes d’alimentation

Il existe différents types de sondes d’alimentation. Le type choisi dépend de vos besoins nutritionnels.

– Sonde nasogastrique

On n’a pas besoin de faire une chirurgie pour mettre une sonde d’alimentation nasogastrique NG en place. On l’utilise habituellement si le soutien nutritionnel est nécessaire sur une courte période seulement. La sonde NG est un long tube mince et flexible. On l’insère dans une narine et on la fait descendre par l’arrière de la gorge jusqu’à l’œsophage puis l’estomac. Une fois que la sonde est bien placée, on la fixe au nez ou à la joue avec un ruban adhésif pour la maintenir en place. On vérifie la mise en place de la sonde NG par radiographie avant de procéder à la première alimentation.

– Sonde nasoduodénale ou nasojéjunale

On n’a pas besoin de faire une chirurgie pour mettre une sonde nasoduodénale ou nasojéjunale en place. Ce sont de longs tubes minces et flexibles. On les insère dans une narine et on les fait descendre par l’arrière de la gorge jusqu’à l’œsophage puis l’estomac et ensuite l’intestin grêle. La sonde nasoduodénale descend jusqu’à la première partie de l’intestin grêle appelée duodénum. La sonde nasojéjunale descend jusqu’à la deuxième partie de l’intestin grêle appelée jéjunum. Une fois que la sonde est bien placée, on la fixe au nez ou à la joue avec un ruban adhésif pour la maintenir en place. On vérifie la mise en place de la sonde par radiographie avant de procéder à la première alimentation.

– Sonde de gastrostomie chirurgicale

On insère la sonde de gastrostomie chirurgicale à travers la peau, directement dans l’estomac. La mise en place de la sonde exige une chirurgie puisqu’on fait une ouverture dans la paroi abdominale, là où elle entre dans le corps. On la maintient en place par un point de suture ou un petit ballon gonflé autour de la sonde, juste sous la peau. On installe habituellement la sonde de gastrostomie chirurgicale lors d’une autre opération qui est planifiée.