L’anémie chez les personnes âgées

Publié le : 16 octobre 20208 mins de lecture

L’anémie ferriprive est une anomalie caractérisée par une réduction de la capacité du sang à transporter l’oxygène aux tissus. Cela est dû à une réduction de la quantité de globules rouges : RBC dans le sang ou à des modifications de leur structure. Environ un tiers des personnes âgées souffrant d’anémie présentent une carence en fer, en folate et en vitamine B12. Un tiers souffre d’une insuffisance rénale et d’une inflammation chronique et le tiers restant d’une anémie inexpliquée. Les anémies nutritionnelles sont celles qui impliquent une carence de l’organisme en nutriments essentiels à la formation des globules rouges. Les principaux nutriments sont le fer, la vitamine B12 et l’acide folique oufolate. Ces carences peuvent s’enraciner en raison de la faible consommation des aliments sources de ces éléments. Mais ils peuvent aussi se produire en raison d’une mauvaise absorption ou d’une perte de nutriments corporels. La possibilité de perte de sang par le tube digestif due à des ulcères, des gastrites ou d’autres maladies doit faire l’objet de recherches approfondies et être écartée avant de considérer la carence alimentaire comme la principale cause d’anémie. L’anémie ferriprive ne se résorbe pas du jour au lendemain. Un régime alimentaire pauvre en fer, ou une absorption insuffisante du fer, entraîne une carence en fer dans l’organisme. Au départ, il n’y a pas de symptômes. Sur une période de plusieurs mois, cette carence s’aggrave et culmine par une production insuffisante d’hémoglobine. Il en résulte une insuffisance de globules rouges, ce qui entraîne une anémie ferriprive. L’alimentation en quantités suffisantes de fer et de sources de protéines peut prévenir l’anémie ferriprive chez les personnes âgées.

Comprendre également comment éviter le syndrome de fragilité physique

La recommandation quotidienne de fer pour les personnes âgées est de 8 milligrammes. Les meilleures sources de fer sont la viande rouge : principalement les enfants, le poulet, le porc et le poisson. Le champion de la nourriture est sans aucun doute le foie, qu’il s’agisse de poulet ou de bœuf. Il faut observer si les personnes âgées peuvent mastiquer ces aliments correctement. Les sources végétales sont moins biodisponibles. Les feuilles vert foncé et les légumineuses : haricots, pois chiches en sont les principales sources. Mais attention : il faut composer le plat, de manière variée. Les sources sont également la mélasse de canne et le sucre brun, l’avoine, les châtaignes et les céréales enrichies en fer. Et quelle quantité de nourriture devez-vous consommer pour garantir ces 8 milligrammes par jour ? Par exemple, 3 petits morceaux de foie de poulet grillé : environ 75 grammes, fournissent déjà 8,5 milligrammes de fer de haute qualité. Si nécessaire, battez le foie grillé avec les haricots pour minimiser son goût fort. Mais on peut aussi combiner les aliments riches en fer avec ceux qui aident à absorber ce nutriment. Les fruits riches en vitamine C, A et bêta-carotène provenant des légumes jaunes, rouges et oranges aident grandement à l’absorption du fer. Ainsi, on peut composer le repas dans lequel on consomme la viande, les légumineuses et d’autres sources de fer avec des fruits tels que les oranges, les milk-shakes et les fraises de dessert, à condition qu’ils soient crus, car la vitamine C se dégrade avec la chaleur. La Sábia est la tradition alimentaire brésilienne qui sert la feijoada avec du chou et de l’orange. Mais n’oubliez pas d’éviter d’ingérer trop de graisse.

Nous vous recommandons : Comment identifier les symptômes de l'anémie chez une personne ?

L’anémie par carence en fer peut être évitée par une alimentation adéquate

La cuisson dans une marmite en fer n’augmente pas l’apport en fer des aliments qui y sont préparés. Le type de minéral qui compose le pot n’est pas celui que notre corps utilise et, qui plus est, il a un effet toxique. Cependant, certains aliments contribuent ou entravent notre absorption du fer. Les sources alimentaires de calcium : comme le lait et ses dérivés, les phytates : les légumineuses et les céréales complètes elles-mêmes et les oxalates : épinards, betteraves, son de blé, noix, thé noir, café, cacao rendent cette absorption très difficile. Il faut donc éviter les produits laitiers et se procurer des aliments contenant ces composés chélatants en même temps que les gros repas et dans les deux heures qui suivent. Prenez l’habitude de faire tremper les haricots et autres légumineuses pendant 24 heures à température ambiante, en jetant l’eau avant de les faire cuire. Ces aliments, bien qu’ils entravent l’absorption du fer, doivent tout de même participer à notre alimentation, car ils apportent de nombreux autres bienfaits. Les produits laitiers peuvent être consommés séparément dans les snacks et les légumes ; les sources d’oxalates peuvent composer une belle soupe le soir, laissant la viande pour le déjeuner, par exemple. Dans les prochains articles, on parlera des anémies causées par des carences en folate et en vitamine B12 et de la manière de les prévenir par l’alimentation.

Impact de l’anémie chez le sujet âgé

L’anémie est un facteur de mauvais pronostic fonctionnel et vital. Le risque de mortalité est élevé en cas d’anémie chez le sujet âgé vivant en communauté, indépendamment de ses comorbidités. Une augmentation progressive de la mortalité est observée pour des valeurs d’hémoglobine inférieures à 140 g/l. Une étude communautaire portant sur près de 1000 patients de > 85 ans a montré un taux de mortalité de 1,6 chez la femme et 2,29 chez l’homme pour les patients anémiques par rapport aux non-anémiques.
L’anémie est aussi un facteur de risque d’hospitalisation : toutes causes confondues et de longue durée de séjour en cas d’hospitalisation. 39,41,46. Selon les études, l’incidence d’hospitalisation atteindrait jusqu’à 29 % à trois ans chez le sujet anémique. Ce risque se vérifie chez les sujets atteints d’insuffisance rénale 47,48 ou cardiaque 41,49, et même dans la population générale.
L’anémie, même modérée, est un facteur de risque indépendant d’incapacités fonctionnelles 3,50,51 et son impact sur la qualité de vie est reconnu. En milieu hospitalier, le potentiel de récupération est moindre pour les patients anémiques.
La prévalence de l’anémie est plus importante chez le sujet âgé dément : 47 % vs 35 % chez le non-dément et la présence de troubles cognitifs semble plus fréquente chez les patients anémiques par rapport aux non-anémiques : 55,6 % et 34,4 % respectivement. L’anémie semble même majorer le risque de démence dans une population âgée avec ou même sans troubles cognitifs préexistants. 14,56,57. Elle serait donc un facteur de risque potentiellement modifiable des démences. Le risque de chute et de récidive de chute est aussi augmenté dans la population âgée communautaire, institutionnalisée ou hospitalière. Le risque de complications traumatiques : fractures, traumatisme crânien est également augmenté, de manière directement proportionnelle au degré d’anémie. La correction de l’anémie pourrait donc être un facteur de prévention des chutes du sujet âgé. Par ailleurs, des taux d’hémoglobine de 140 g/l chez l’homme et 130 g/l chez la femme seraient des facteurs prédictifs d’ostéoporose. Le pronostic vital et/ou fonctionnel des sujets âgés souffrant d’insuffisance cardiaque et de maladie coronarienne est directement et significativement lié aux valeurs d’hémoglobine.

Plan du site