Dépression : quel est le rapport avec l’alimentation ?

Publié le : 28 décembre 20206 mins de lecture

Cette perte de qualité de vie peut être associée aux maladies cardiaques, aux accidents vasculaires cérébraux, au diabète sucré, au cancer, au stress et à l’exclusion sociale. Chez les personnes âgées, la dépression peut être mal diagnostiquée en confondant ses symptômes avec ceux d’autres maladies.

Les effets de la dépression

En effet, la dépression peut entraîner de graves effets secondaires, comme la diminution des plaisirs de la vie, y compris ceux de l’alimentation. Elle peut aggraver d’autres affections cliniques et compromettre l’immunité. Elle est généralement associée à un manque d’appétit, à une perte de poids et à la fatigue. En outre, selon l’étude des chercheurs scientifiques, la cause biologique de la dépression est le dysfonctionnement des neurotransmetteurs, à savoir : la sérotonine, la dopamine, etc. Il est à noter que la sérotonine a pour rôle d’équilibrer l’appétit, le sommeil et l’humeur d’une personne. Quand il existe un dérèglement de ces neurotransmetteurs, les symptômes dépressifs apparaissent. Il y a, par exemple, les troubles humeur, la manque d’appétit. Quels sont les principaux symptômes de la dépression ?

Les soins nutritionnels jouent un rôle important dans la lutte et le suivi de cette affection. Un régime alimentaire riche en fruits, légumes et épices diverses y contribue par ses substances phytochimiques, ses fibres, ses vitamines et ses antioxydants. Ces éléments protègent et préservent la structure cellulaire du cerveau et du métabolisme grâce à une cascade complexe de mécanismes cellulaires. En outre, les légumes verts foncé et les céréales complètes sont riches en vitamines du complexe B, dont on sait qu’elles ont un effet positif sur la santé neurologique et cérébrale. La vitamine B12 ne se trouve que dans les sources animales. Comme son absorption dépend de facteurs physiologiques qui peuvent être altérés chez les personnes âgées (comme une bonne acidité de l’estomac), elle peut être complétée. La supplémentation devrait idéalement se faire par voie sublinguale ou par des patchs cutanés.

La vitamine D, reconnue pour sa relation avec la santé du cerveau, est produite par le corps durant l’exposition de la peau au soleil. Les bains de soleil sont les moyens le plus important d’acquérir de la vitamine D. Les personnes âgées devraient toujours faire tester leur taux sérique de vitamine D. Une supplémentation orale en vitamine D peut être adoptée. Les sources alimentaires de vitamine D sont le lait, les œufs et le foie de bœuf et de poulet. Mais attention : pour assurer la santé de ce foie, ces animaux doivent être élevés dans le cadre d’une gestion consciencieuse.

Il est également très important d’observer si les personnes âgées consomment suffisamment d’acides gras oméga-3 d’origine animale (plus l’EPA – acide eicosapentaénoïque que le DHA – acide docosahexaénoïque). Les sources idéales seraient le thon et le saumon. Cependant, il faut souligner que le saumon habituellement consommé au Brésil provient de la captivité et est nourri artificiellement. Cela a un impact sur la composition et le profil des acides gras du poisson. Le maquereau, le hareng, la truite, les crustacés et les mollusques sont également des sources. Au Brésil, la source la plus abondante est encore la sardine, naturelle ou en conserve, de préférence dans l’eau et le sel. Il est recommandé de manger ces poissons au moins deux fois par semaine.

Des suppléments d’oméga 3 peuvent également être utilisés. Privilégier les huiles extraites du krill ou des algues aux huiles de poisson. N’utilisez que des marques respectées sur le marché. En effet, la falsification de ces huiles avec des huiles de moindre qualité (comme l’huile de soja) peut se produire.

La dépression et la microbiote intestinale

Des études montrent que nos émotions modifient notre microbiote, et que cela influence également notre cerveau. Par conséquent, la supplémentation en probiotiques peut aider à briser le cercle vicieux de la dépression dans l’axe intestin-cerveau.

Le plus important est d’être proactif avec les personnes âgées déprimées. Gardez à l’esprit que le comportement alimentaire, l’appétit, la concentration et même le rythme circadien qui affecte le cycle veille-sommeil peuvent être altérés. Les individus peuvent s’intéresser ou se désintéresser de la nourriture, des achats et de la cuisine, ce qui affecte leur famille et eux-mêmes. Encourager l’alimentation comme traitement, l’activité physique, la socialisation et le soutien multidisciplinaire par différents professionnels de la santé peut faire toute la différence pour le bien-être des personnes âgées.

La dépression est une maladie qui doit être diagnostiquée et traitée par un médecin. Consultez toujours un médecin si vous soupçonnez une dépression. Une nutrition correcte ne substitue pas un traitement. Pour éviter les troubles dépressifs, il est préférable de manger une alimentation saine, c’est-à-dire des aliments riches en oméga pour stimuler le cerveau.

Plan du site