Les bienfaits de l’activité physique pour les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Bien que les scientifiques travaux aux rages pied pour l’étudier, les mécanismes de la maladie de Parkinson ne sont pas encore totalement compris. En plus, la perte cognitive et le développement possible de la démence sont l’une des plus grandes préoccupations des patients atteints de la maladie de Parkinson et de leurs familles. Alors, à part des traitements médicamenteux, quelques groupes de scientifiques ont investi dans des études sur les traitements non pharmacologiques de la maladie de Parkinson.

Effets positifs de l’activité physique sur les personnes atteintes de la maladie de Parkinson

Récemment, on a découvert beaucoup de choses sur les effets positifs de l’activité physique sur les personnes âgées. Contre toute attente, les exercices physiques peuvent vraiment aider les personnes âgées surtout ceux qui sont atteints par cette maladie. Cela veut dire qu’un exercice physique bien adapté, aide beaucoup le cerveau et les neurones à améliorer leur capacité et rester en bonne santé. De plus, le sport bien équilibré, même si ce n’est que pour quelques minutes, favorise un bon sommeil et diminue le risque d’être atteinte par cette maladie. Alors, que vous êtes en bonne santé ou pas, une activité physique régulière comme la marche nordique ou pourquoi pas le tai chi, vous apportez de nombreux avantages.

Les avantages d’un programme d’activité physique régulier pour le Parkinsonien. 

Les personnes âgées en bonne santé, qui ont l’habitude de pratiquer des activités physiques aérobies au moins 3 fois par semaine, font preuve de meilleurs niveaux d’attention, de fonctions exécutives, de vitesse et de capacité de raisonnement et de mémoire. À partir de 6 mois d’activité physique régulière, d’intensité moyenne à forte, d’une durée minimale de 150 minutes par semaine, on constate une amélioration générale des fonctions cognitives. Même lorsqu’il s’agit de personnes qui étaient auparavant sédentaires. Ainsi, avec des résultats aussi positifs, les mêmes études ont été entamées avec le parkinsonien.

Résultat des activités physiques sur les troubles cognitives 

Bien qu’elles ne soient pas encore concluantes, des études récentes ont également établi un lien entre ces avantages et les parkinsoniens. En d’autres termes, les adultes de plus de 65 ans atteints de la maladie de Parkinson, lorsqu’ils sont soumis à un programme régulier d’activité physique d’intensité modérée ont élevée, présentent des améliorations cognitives. Même ceux qui ont déjà commencé à présenter un certain niveau de déficience cognitive. Les activités aérobies sont liées à l’amélioration des fonctions exécutives. Cela signifie que le parkinsonien qui s’entraîne à marcher 3 fois par semaine, parvient (ou réussit) à se raser, par exemple. De plus, un parkinsonien qui fait de l’aquagym est capable de se nourrir plus facilement avec des couverts. Les activités de résistance sont liées à l’amélioration de la mémoire. Cependant, on n’a pas encore déterminé ce qui serait un grand programme pour le Parkinsonien. Il faut encore comprendre l’équilibre idéal entre les exercices de force et les activités aérobies. De plus, quels seraient l’intensité et le temps idéal investi dans ces activités. Mais nous savons déjà qu’il vaut la peine d’investir du temps et de l’argent (dans un bon professionnel de l’éducation physique). Parce que les avantages sont déjà prouvés !