Vieillir en préservant toutes ses capacités

Vieillir tout en préservant l’intégrité des capacités physiques, psychologiques et cognitives afin de conserver son autonomie et son indépendance doit être l’objectif des politiques publiques sociales et de santé. La psychologie positive nous invite à nous interroger non plus tant sur les difficultés adaptatives, mais plutôt sur les éléments qui déterminent la qualité de l’adaptation. Cette évolution concerne, bien évidemment, la psychologie du vieillissement et conduit à s’interroger sur les conditions du bien vieillir et de la longévité. La qualité de l’adaptation et son évaluation ont fait l’objet de nombreux travaux aux limites de la psychologie et de la philosophie

L’autonomie est la capacité de prendre ses propres décisions. L’indépendance est la capacité d’accomplir les différentes tâches de la vie quotidienne.

Le vieillissement de la population impose une adéquation essentielle des objectifs des services sociaux et de santé. De plus en plus, il sera plus important d’améliorer l’état fonctionnel et le bien-être au détriment de l’objectif de guérison. 

La stratégie et le plan d’action mondiaux sur le vieillissement et la santé font également suite à l’adoption récente des objectifs de développement durable, ensemble intégré et indivisible de priorités mondiales en vue du développement durable. Le vieillissement est un aspect qui concerne plusieurs objectifs, en particulier :
– éliminer la pauvreté sous toutes ses formes et partout dans le monde pour tous les hommes et les femmes ;
– éliminer la faim, assurer la sécurité alimentaire, améliorer la nutrition et promouvoir l’agriculture durable, y compris pour les personnes âgées ;
 – permettre à tous de vivre en bonne santé et promouvoir le bien-être de tous à tout âge moyennant une couverture sanitaire et universelle comprenant une protection contre les risques financiers ;
 – assurer l’accès de tous à une éducation de qualité, sur un pied d’égalité, et promouvoir les possibilités d’apprentissage tout au long de la vie ;
– parvenir à l’égalité des sexes et autonomiser les femmes et les filles ;
 – promouvoir une croissance économique soutenue, partagée et durable, le plein emploi productif et un travail décent pour tous 
 – réduire les inégalités dans les pays et d’un pays à l’autre, en favorisant une intégration sociale, économique et politique de toutes les personnes, indépendamment de leur âge ;
– faire en sorte que les villes et les établissements humains soient ouverts à tous, sûrs, résilients et durables, en assurant l’accès de tous, en particulier pour les personnes âgées à des espaces verts et des espaces publics sûrs ;

Le vieillissement se caractérise par des changements biologiques. Le vieillissement biologique est habituellement défini comme l’ensemble des processus biologiques qui, au fur et à mesure de l’avance en âge, rendent les individus plus sensibles aux facteurs susceptibles d’entraîner la mort. Le vieillissement physiologique est défini comme l’ensemble des modifications se produisant au cours de l’avancée en âge, en dehors de toute maladie. C’est un processus obligatoire pour toutes les espèces à durée de vie longue Il est donc important de prendre soin de toutes les sphères de la vie pendant cette phase. La fonctionnalité au cours de la vieillesse peut être influencée par des facteurs tels que le sexe, l’âge, les conditions économiques, la présence de maladies chroniques, le mode de vie, l’environnement et les traits de persistance. L’âge chronologique n’est qu’un des aspects concernés.

L’évaluation gériatrique complète (AGA) vise à diagnostiquer précocement les problèmes de santé et de conditions de vie. La compréhension des conditions de logement et de la mobilité, de la cognition et de l’état nutritionnel, entre autres facteurs, peut être déterminante pour un vieillissement en bonne santé.

La cognition est considérée dans son sens large comme l’ensemble des capacités mentales permettant l’acquisition et le maintien de connaissances. Elle correspond à la faculté de traiter, de transformer et d’emmagasiner des informations pour les réutiliser. D’un point de vue théorique, la cognition comprend un ensemble de fonctions qui se distinguent soit par les caractéristiques des informations à traiter (langage, orientation spatiale), soit par le type de traitement à solliciter (mémoire, attention). Ces fonctions peuvent être perturbées de façon isolée, dans la mesure où elles dépendent de zones cérébrales distinctes. Chacune de ces fonctions est elle-même décomposable en plusieurs systèmes. Ainsi, la mémoire se décline en mémoire de travail, mémoire épisodique, mémoire sémantique et mémoire procédurale. De plus, un certain nombre de processus cognitifs (inhibition, flexibilité mentale, vitesse de traitement) ne sont pas exclusifs à une fonction, mais contribuent à l’actualisation de plusieurs de ces fonctions et systèmes.

Statut fonctionnel : niveau auquel la personne exerce des fonctions et des activités de la vie quotidienne. Par exemple : ils choisissent leurs propres vêtements, font la vaisselle, préparent le déjeuner, gèrent leur propre agenda.

État nutritionnel : état de santé d’un individu, influencé par la consommation de nutriments. Elle se fait par la corrélation des informations obtenues à partir d’études physiques, biochimiques, cliniques et diététiques.

Mobilité : vise à déterminer s’il existe un limiteur de mouvement.  Pour optimiser la prise en charge à domicile comme en établissement, il existe différentes aides financières pour les personnes âgées, adaptées à chaque situation. En effet, avec l’âge, les dépenses liées à la dépendance et au logement augmentent souvent, alors que la pension retraite est parfois insuffisante. Le conseil départemental (anciennement appelé conseil général) est en charge de l’aide à l’autonomie pour les personnes âgées vivant dans son département.

Conditions sensorielles : principalement des tests auditifs et visuels visant à prévenir les chutes et autres accidents. Mais 30 personnes âgées perdent également l’odorat et le goût (en savoir plus).

Cognition et humour : Grâce à un ensemble d’outils, les professionnels de la santé sont en mesure d’évaluer les personnes âgées et de les guider pour préserver au maximum leur autonomie et leur indépendance. Les principaux aspects évalués sont l’état fonctionnel, la nutrition, la mobilité, les conditions sensorielles, la cognition et l’humour, le soutien social et l’environnement. La « dépendance » des personnes âgées n’est pas autre chose qu’une forme des « désavantages sociaux », c’est-à-dire du « handicap » que subissent des (et non pas les) personnes âgées en raison de déficiences liées à leur état de santé. L’avance en âge n’est pas la seule cause de cette dépendance – un pourcentage non négligeable des centenaires, qui ont, certes, perdu une grande partie de la vigueur de leur maturité, demeurent cependant valides, lucides, autonomes, indépendants. évaluation mentale, telle que la mémoire, le raisonnement, la localisation spatiale, le langage, l’imagination, etc.

Soutien social : vie en famille et avec les amis, habitudes et routines de travail et de loisirs.

Environnement : lieu de résidence, conditions de logement. A vocation est de conseiller et d’ accompagner à faire le bon choix d’une département pour les personnes âgées, et parce que votre bien-être et le bonheur sont au cœur de la priorités,  prennent le temps de bien les connaître. Offrons une approche personnalisée et rassurante, pour la tranquillité d’esprit! etc.

Il est donc important d’avoir une équipe de santé multifonctionnelle en plus de la famille et des amis. Rester social est fondamental pour être en bonne santé. Trouvez un éducateur physique et rassemblez un groupe pour la randonnée et les exercices. Consultez régulièrement un nutritionniste. Cherchez un médecin et un kinésithérapeute chaque fois que cela est nécessaire. N’oubliez pas de rendre visite à vos enfants et petits-enfants !