Arthrite du genou : dangers et traitements

L’ostéoarthrose est une maladie dégénérative et inflammatoire. Elle provoque la destruction du cartilage et des déformations à la surface de l’os articulaire. Il faut comprendre que l’arthrite est une inflammation aiguë des articulations. L’arthrite rhumatoïde est une maladie qui provoque ces inflammations. L’arthrose est un autre nom utilisé pour désigner l’arthrite. L’une des articulations les plus touchées par cette maladie est le genou.

Qu’est-ce que l’ostéoarthrose ?

L’ostéoarthrose, ou gonarthrose, comme on l’appelle lorsqu’elle touche cette région, présente des caractéristiques progressives et déformantes. Il compromet l’ensemble de l’appareil ostéoligamentaire de l’articulation, les ligaments entre les os et les cartilages du genou et les muscles de la jambe. L’arthrose est une maladie du cartilage. Elle se manifeste le plus souvent par des douleurs mécaniques et une gêne, lors des mouvements, d’une ou, plus rarement, de plusieurs articulations. Le cartilage a une structure peu cellulaire. Ce tissu est composé de cellules du cartilage appelées chondrocytes, qui représentent une petite partie du cartilage, mais qui sont très importantes pour produire le reste de la structure cartilagineuse. La trame de soutien de ce tissu ou tissu de soutien est essentiellement faite de protéines sous forme de microfilaments, c’est le collagène et des sucres complexes, appelés proteoglycanes. Le cartilage est un tissu très riche en eau. Le cartilage n’est pas vascularisé. Les cellules ne se multiplient pas et sont alimentées par le liquide synovial sécrété de façon physiologique par la membrane synoviale.  a fonction est de réduire les frictions entre les structures osseuses et de distribuer de façon uniforme le poids sur l’articulation. Il a un rôle d’amortisseur. Il amortit les pressions qui vont s’exercer sur les structures osseuses lors des mouvements de l’articulation.

La déformation la plus courante causée par la gonarthrose est le varus des genoux. C’est-à-dire lorsque l’alignement des genoux est incliné par rapport à la ligne latérale, jambes de pince. La deuxième déformation la plus courante est la déformation en valgus, lorsque les genoux sont inclinés par rapport à la ligne médiane.

Les causes de l’apparition de l’arthrose

De nombreux facteurs peuvent être liés à l’apparition de l’arthrose du genou. Parmi eux : le vieillissement, le surpoids, la surcharge mécanique due à des activités répétitives ou intenses, les traumatismes et lésions antérieurs, l’hérédité et le tabagisme. La gonarthrose primaire est l’état qui n’a pas de cause définie. La gonarthrose secondaire est l’état causé par une cause identifiée, par exemple, la suite d’une fracture antérieure. L’arthrose est une maladie du cartilage qui se caractérise par une usure du cartilage, le plus souvent très lente avec une diminution de son épaisseur. Dans l’arthrose, le cartilage se fissure et devient plus fin et fragile. Il a plus de mal à amortir les pressions subies par l’articulation lors des mouvements. Cette augmentation des pressions s’applique localement sur le cartilage, qui va continuer à s’user, et également sur l’os situé sous le cartilage articulaire. Cet os va réagir en formant de l’os : l’os sous chondral va devenir anormalement condensé et développe des excroissances d’os appelées des ostéophytes. Les ostéophytes sont observés sous la forme de nodosités autour de l’articulation, surtout au niveau des doigts.

Quel est la conséquence de l’ostéoarthrose ?

L’impact socio-économique de l’ostéoarthrose est important. Les handicaps fonctionnels causés par la maladie peuvent être à l’origine d’un grand nombre de retraits de la médecine du travail. Parmi la population de plus de 65 ans, partiellement active sur le marché économique, l’ostéoarthrose touche la plupart des individus dans au moins une articulation. Plus spécifiquement sur la gonarthrose, outre qu’elle est présente dans la population âgée, sa prévalence est plus fréquente chez les individus de sexe féminin. Le tableau symptomatique présente des douleurs progressives, des difficultés dans les tâches quotidiennes comme marcher ou monter et descendre des marches, une perte de mouvement, des déformations et des raideurs articulaires. Le traitement varie en fonction du degré d’implication de l’articulation. Elle est utilisée depuis les médicaments pour soulager la douleur et améliorer la viscosité des articulations, jusqu’à la physiothérapie ou même la chirurgie dans les cas les plus graves. Si vous souffrez de ces symptômes, consultez un médecin.

L’obésité est un facteur de risque majeur d’arthrose du genou ou gonarthrose. La surcharge pondérale précède l’arthrose du genou de plusieurs années. La perte de poids même modérée protège l’articulation, perdre environ 5 kg diminue le risque de gonarthrose de 50 % pendant 10 ans. Le diabète est aussi un facteur de risque émergent. Plusieurs travaux ont mis en évidence le rôle néfaste d’un excès de sucre sur le cartilage.  Quelques études montrent que des anomalies du cholestérol, des triglycérides ou l’hypertension pourraient participer à la maladie arthrosique. Ces données nécessitent confirmation. C’est surtout l’effet cumulatif des facteurs de risque en plus de l’obésité qui favorise l’arthrose notamment du genou.

L’arthrose peut être secondaire à une lésion ou une déformation de l’articulation. Certains facteurs vont fragiliser l’articulation, et favoriser l’apparition de l’arthrose comme l’inégalité de longueur de membres inférieurs lorsqu’elle est supérieure à 2 cm et les hyperlaxités, les anomalies morphologiques telles que les anomalies morphologiques appelées dysplasie de hanche  ou  du genou  peuvent également induire un risque de développer une arthrose.

Les douleurs articulaires augmentent avec le froid

Il est important de souligner que, quelle que soit la conduite établie, il est toujours valable de maintenir la musculature du tronc et des membres inférieurs bien préparée pour absorber une partie de la charge mécanique qui tombe sur les genoux. En outre, les activités physiques pratiquées doivent être choisies avec soin en fonction de leur type et de leur intensité, afin de réduire les facteurs de risque de gonarthrose.

​Arthrose secondaire : maladies associées​

De nombreuses maladies des articulations peuvent se compliquer, même une fois guérie, de lésions du cartilage. Dans ce cas, on parle d’arthrose secondaire.

– Les infections articulaires, mais également les maladies inflammatoires telles que la polyarthrite rhumatoïde peuvent abîmer tout ou partie de l’articulation. Après la poussée inflammatoire, les séquelles ou cicatrices de l’articulation évoluent vers une arthrose.

– De même l’ostéonécrose qui correspond à la nécrose ou mort plus ou moins étendue de l’os situé sous le cartilage et qui, dans certaines formes peuvent évoluer vers une arthrose secondaire.

– Des maladies rares dites de surcharge, qui se caractérisent par l’accumulation de différentes molécules dans le corps et en particulier dans l’articulation entraîne une arthrose. Par exemple : l’accumulation de cuivre, de fer ou d’acide homogentisique.

– Les pathologies dites microcristallines, car à l’origine de la formation de petits cristaux au sein des articulations comme la chondrocalcinose peuvent aussi être fréquemment à l’origine d’une arthrose secondaire.

Les antécédents de traumatisme articulaire tels que les fractures et les luxations, voire même des incidents plus mineurs, peuvent augmenter le risque de survenue d’une arthrose. Ces facteurs ont été particulièrement bien étudiés au niveau du genou pour les lésions des ligaments croisés et des ménisques.